Éco-Territoire 21

L'Écoterritoire21 est le résultat d'une longue démarche qui a débuté suite à l'élaboration du concept de mise en valeur du territoire agricole, le Continuum ville-campagne, en 2001. Il constitue une solution au principal obstacle de mise en valeur du territoire agricole de la ville de Longueuil c'est-à-dire l'article 50.3 du Règlement sur les exploitations agricoles (REA). L'objectif de la ville de Longueuil est de démontrer, en partenariat avec le MAMOT, le MDDELCC et le MAPAQ, la possibilité de mettre en place une agriculture durable, écoresponsable et à faible impact sur la ressource eau.

Le REA interdit la remise en culture des terres au-delà des superficies cultivées en 2004 dans l'ensemble du bassin versant d'un cours d'eau dégradé. Les superficies agricoles non cultivées, assujetties au REA, sont les terres où les possibilités de remise en culture sont limitées aux arbres, arbustes, petits fruits (bleuets, canneberges, fraises, framboises, etc.) et vignes. Les cultures en serre et toute culture sur moins de un hectare sont également autorisées par le REA. Si dans les faits une certaine agriculture est possible sous le REA, le potentiel de la zone agricole de la ville de Longueuil ne peut se contenter uniquement de ces types de culture pour des raisons notamment de diversification de la production, de sécurité alimentaire, de pratique agricole durable ou de rentabilité. La proximité des marchés et la volonté de développer la zone agricole poussent la ville de Longueuil à développer des solutions à cette impasse environnementale.

L'Éco-territoire21 propose de sortir du statu quo en développant des modèles agricoles différents et adaptés au contexte prévalant dans un bassin versant dégradé. En jachère depuis plusieurs années, l'Éco-territoire21 dispose de tous les éléments pour devenir un lieu éducatif vivant : nouveaux modèles agricoles, techniques d'agriculture à faible impact environnemental, outils de concertation et de planification territoriale, redéfinition du rôle de l'agriculteur, connaissance de la nature et de l'agriculture, etc. Autant d'éléments mis de l'avant pour répondre aux attentes et aux valeurs gouvernementales et citoyennes et faire la démonstration de la possibilité de remettre en culture des terres sans compromettre la qualité des écosystèmes.

Dans une approche de concertation, le MAMOT, le MDDELCC, le MAPAQ et la Ville de Longueuil ont mandaté l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) en 2010 afin qu'il élabore un guide précisant les étapes et bonnes pratiques de remise en culture de terres agricoles en friche dans le respect de l'environnement dans un bassin versant dégradé. Ce guide propose une démarche atténuant au maximum l'impact de la remise en culture grâce à des aménagements hydroagricoles, des pratiques agricoles de conservation minimisant les risques environnementaux, l'évaluation de l'impact résiduel de l'activité et sa compensation, le cas échéant. Ce guide est donc le point de départ de remise en culture de l'Éco-territoire21 qui sert de projet de démonstration expérimentale pour ce dernier.

Il est proposé de faire de l'Éco-territoire21 un lieu d'expérimentation de bonnes pratiques agricoles et de formation. Le lot destiné à la remise en culture a été le sujet d'études et d'inventaires en 2013. La production maraîchère biologique, l'apiculture, la culture en serre et l'agroforesterie sont parmi les options à l'étude. Ce projet d'agriculture, bien qu'à petite échelle, vise la rentabilité économique. Il constituerait aussi un tremplin pour des jeunes de la relève qui souhaitent travailler en agriculture ou se lancer eux-mêmes dans une entreprise agricole.

L'agglomération de Longueuil souhaite que les conclusions de ce projet-pilote contribuent notamment à orienter la réflexion du MDDELCC sur la révision des mesures spécifiques aux bassins versants dégradés en milieu agricole. Elle espère que les résultats de ce projet seront concluants et permettront un assouplissement de l'article 50.3 du REA pour autoriser la remise en culture des terres en friche de son territoire.