La Ville de Longueuil appuie ArcelorMittal

Le conseil municipal a adopté ce soir une résolution appuyant les démarches d'ArcelorMittal, un producteur canadien qui a une succursale à Longueuil et qui emploie plus de 200 personnes. Cette résolution s'oppose à ce que la Colombie-Britannique soit exemptée de droits antidumping ou compensateurs sur les barres d'armature importées illégalement.

« En tant qu'administration municipale, nous avons la volonté constante de favoriser le développement économique de notre ville, de contribuer à son rayonnement et de soutenir les gens d'affaires de chez nous. En appuyant les démarches d'ArcelorMittal, c'est exactement ce que nous faisons », a souligné la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Rappelons qu'en 2014, les producteurs de barres d'armature du Canada ont déposé une plainte en vertu de la Loi sur les mesures spéciales d'importation contre le dumping illégal de barres d'armature subventionnées en provenance de producteurs hors des frontières canadiennes. En janvier 2015, le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE) a statué que les importations de barres d'armature en provenance de Chine, de la Corée du Sud et de la Turquie porteraient préjudice aux producteurs canadiens tels qu'ArcelorMittal. Le TCCE a également refusé la requête de la Colombie-Britannique à l'effet de bénéficier d'une exemption de droits antidumping ou compensateurs sur les barres d'armature importées illégalement avec ces pays. Une enquête d'intérêt public a ensuite été initiée par le TCCE, à la demande de la Colombie-Britannique, afin de déterminer si une telle exemption servirait l'intérêt public.

À l'instar de Longueuil, d'autres municipalités ont adopté la résolution d'appui à ArcelorMittal comme Sorel-Tracy, Contrecœur et deux villes de l'Ontario, soit Hamilton et Sault Ste. Marie.