La politique d’art urbain et de lutte aux graffitis de Longueuil donne les résultats annoncés

La Ville de Longueuil a déposé aujourd'hui son plan d'action en art urbain 2015, ainsi que le bilan des actions mises de l'avant en 2014 qui montre que près d'un an après son adoption, la Politique en art urbain a porté ses fruits et fait de Longueuil un leader en la matière. Des villes comme Sherbrooke et Beloeil, de même que l'UQAM ont d'ailleurs récemment fait appel à l'expertise de la Ville de Longueuil en matière d'art urbain et de lutte aux graffitis.

Les citoyens de Longueuil témoignent régulièrement des progrès réalisés dans la rapidité à laquelle sont retirés les graffitis. Alors qu'ils signalaient peu les graffitis sur le territoire, l'efficacité de l'effacement les incite à recourir davantage au 311 où l'on constate une augmentation appréciable des signalements. Conjugués aux graffitis répertoriés par les équipes terrain, ces signalements ont également permis au Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) de procéder à des arrestations de graffiteurs particulièrement prolifiques.

Les divers projets de fresque ont aussi permis à la Ville de s'allier une quinzaine d'artistes en art urbain qui se sont engagés à délaisser le graffiti illégal. Les citoyens estiment que leur ville est désormais plus propre et plus belle grâce aux fresques ornant le territoire qui se comptent maintenant par dizaines et qui ont pour effet de dissuader les graffiteurs illégaux. Pour ces raisons, la Politique en art urbain jouit donc d'une acceptabilité sociale enviable.

« Notre approche qui met en valeur l'art urbain comme forme d'art à part entière s'est avérée porteuse et efficace. En favorisant la création de fresques éphémères et permanentes, nous embellissons notre ville, nous dynamisons la vie culturelle, nous soutenons une entreprise d'économie sociale locale, et ce, tout en luttant contre les graffitis illégaux. Il s'agit d'une formule gagnante sur toute la ligne! » a déclaré la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Des nouveautés

Nouveauté cette année, la page web longueuil.quebec/graffitis a fait peau neuve en offrant notamment des conseils horticoles, comme l'ajout de plantes grimpantes pour éloigner les graffiteurs illégaux. Des photos des fresques d'art urbain du territoire y sont également répertoriées et géolocalisées. Les citoyens peuvent ainsi effectuer une visite virtuelle de ces créations qui embellissent notre paysage urbain ou préparer une visite sur place des œuvres, en vélo par exemple!

Autre nouveauté, l'équipe de l'entreprise d'économie sociale Dose Culture arpentera désormais le territoire équipée d'un iPad afin de photographier, informatiser et géolocaliser les graffitis illégaux pour accélérer leur effacement, améliorer le suivi des requêtes et collecter des données de meilleure qualité qui bénéficieront aux enquêtes du SPAL.

La Ville continuera d'offrir son soutien à la réalisation de fresques. La première œuvre à être réalisée ce printemps sera intégrée à la nouvelle patinoire Bleu Blanc Bouge de la Fondation des Canadiens pour l'enfance au parc Lionel-Groulx et honorera la mémoire du célèbre hockeyeur longueuillois, Jean Béliveau, décédé en décembre dernier.

Enlèvement des graffitis illégaux

La stratégie d'effacement tirera encore cette année profit de l'enlèvement à vue des graffitis illégaux dans certains secteurs considérés comme prioritaires. Cette façon de faire permet aux équipes terrain d'agir sur le champ dès que des graffitis sont repérés dans un secteur. Plus les graffitis sont retirés rapidement, plus on décourage la pratique du graffiti illégal.

Les citoyens sont invités à signaler les graffitis en composant le 311 ou, lorsqu'un méfait est en cours, le 911. Pour plus d'information : longueuil.quebec/graffitis.