Sécurité ferroviaire : le Comité directeur sur le transport des matières dangereuses formule trois recommandations aux partis politiques fédéraux

À l'issue d'une réunion tenue hier, le Comité directeur sur le transport des matières dangereuses a présenté trois recommandations à l'intention des partis politiques fédéraux actuellement en campagne électorale.

Ces trois recommandations d'ordre technique sont issues d'un consensus parmi les membres du Comité directeur. Leur mise en œuvre représente le seuil minimal à atteindre pour garantir une plus grande sécurité dans le transport des matières dangereuses par convois ferroviaires. Le Comité franchit ici une nouvelle étape dans la réalisation de son mandat. Il poursuivra ses travaux jusqu'à la présentation à une date ultérieure d'un rapport final, qui contiendra l'ensemble de ses recommandations.

Retirer les wagons DOT-111 des rails Tout en reconnaissant les initiatives entreprises par le gouvernement fédéral pour retirer les wagons-citernes DOT-111, le Comité juge primordial d'accélérer leur remplacement d'ici trois ans par d'autres wagons répondant à des normes de sécurité renforcées. Il estime aussi que diverses initiatives pourraient être mises de l'avant par le gouvernement fédéral afin d'inciter les transporteurs ferroviaires à procéder à une mise à jour de leur flotte de wagons-citernes dans les plus brefs délais.

Rétablir le financement pour la sécurité ferroviaire Seul un personnel hautement qualifié et disposant d'un matériel adéquat est en mesure d'intervenir efficacement lors d'un accident ferroviaire impliquant des matières dangereuses. Les membres du Comité exigent donc le rétablissement du financement nécessaire à la formation des intervenants d'urgence, à la mise sur pied de centres de coordination d'urgence et à l'acquisition de l'équipement nécessaire. Un rehaussement de la capacité d'intervention des équipes d'urgence permettrait de réduire les conséquences d'un sinistre majeur.

Sensibiliser le public au transport des matières dangereuses La sécurité ferroviaire est une responsabilité partagée et tous les acteurs impliqués dans le transport de matières dangereuses par voies ferrées doivent être conscients du rôle qui leur incombe. Dans cette optique, le Comité directeur recommande de mettre sur pied un programme afin de sensibiliser tant les citoyens et les organismes publics que les transporteurs ferroviaires et leurs clients aux enjeux de sécurité liés aux matières dangereuses. Rappelons que ce sont les municipalités qui sont garantes de l'élaboration des plans de mesure d'urgence pour intervenir lors d'un sinistre.

« S'il y a une leçon que nous devons retenir de la tragédie de Lac-Mégantic, c'est l'importance à accorder à l'inspection et à l'entretien des infrastructures ferroviaires. Les élus membres du Comité directeur sont unanimes : les candidats aux élections fédérales doivent préciser dès maintenant quel programme d'encadrement ils comptent mettre en place. La sécurité sur les voies ferrées passe par un resserrement de la législation et de la règlementation sur le transport des matières dangereuses. C'est seulement avec des processus rigoureux que nous pourrons assurer la sécurité des citoyens qui résident à proximité des installations ferroviaires », ont déclaré la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, et le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, qui assurent la coprésidence du Comité directeur sur le transport des matières dangereuses.

Le Comité directeur sur le transport des matières dangereuses rassemble les villes de Longueuil, Sorel-Tracy, Brossard, Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Lambert, Contrecœur, Varennes, Verchères ainsi que la MRC Marguerite-D'Youville et la MRC Pierre-De Saurel. Ce comité a pour mandat de favoriser la concertation et le partage d'expertises entre les acteurs impliqués dans le transport de matières dangereuses et de proposer des mesures pour préserver la qualité de vie et la vitalité économique des territoires concernés.