Discours de Caroline St-Hilaire prononcé lors de l’inauguration officielle de la bibliothèque Raymond-Lévesque, le 7 février 2011

Seul le discours prononcé fait foi

Quand les gens sont ainsi réunis, il va s'en dire qu'il se passe quelque chose et à nous voir si nombreux, il est clair que je ne suis pas la seule à me réjouir.

En effet, ce matin, nous avons de bonnes raisons de nous réjouir parce que nous inaugurons notre bibliothèque, la plus grande à Longueuil et, en plus, nous rendons hommage à Raymond Lévesque en donnant son nom à cette bibliothèque.

Aussi, c'est avec beaucoup de fierté que nous procédons aujourd'hui à l'inauguration officielle de cette nouvelle bibliothèque qui, depuis son ouverture le 19 janvier dernier, accueille plus de 1 000 personnes par jour. Car, édifier une bibliothèque, c'est ouvrir une porte toute grande sur la connaissance et surtout, faciliter l'accessibilité à cette connaissance. La connaissance permet d'avoir prise sur son environnement, elle prédispose à l'esprit critique, elle permet le consentement éclairé ou, au contraire, le refus et outille l'argumentaire pour l'étayer.

C'est d'autant plus vrai que cette bibliothèque possède une collection de livres pouvant atteindre 230 000 volumes répartis sur deux étages totalisant 4 000 mètres carrés de superficie, une terrasse, un café, des salles et salons de lecture, des postes Internet, des postes d'écoute de musique et de visionnement de films, des espaces et des services novateurs et des tas de fauteuils et des causeuses… Une immense caverne d'Ali Baba pour l'esprit !

Vous savez, les bibliothèques s'inscrivent sans l'ombre d'un doute dans la démocratisation du savoir. L'ignorance quant à elle, demeure une tare dans une communauté présumément évoluée. Voilà pourquoi l'accès au savoir est aussi une arme contre les totalitarismes de toutes sortes.

Les anciens Grecs, tout comme les Égyptiens qui nous ont donné la bibliothèque d'Alexandrie, la plus célèbre de l'Antiquité, l'avaient compris et célébraient le savoir et la création entre ses murs.

Je parle de création et, tout naturellement, mon esprit se tourne vers vous, cher monsieur Raymond Lévesque, car les artistes sont intimement liés à la connaissance et au partage. Et vos créations, votre parole et leur résonance en sont une éloquente démonstration.

Il nous fallait un nom inspirant pour notre plus grande bibliothèque, celui d'une personne d'envergure, une personne symbolisant des mots et des idées. Et nous avions justement tout près de nous, un grand homme que Longueuil a accueilli chez elle pendant près de 30 ans !

Elle était trop belle, l'occasion de vous rendre hommage tout en couronnant notre nouvelle bibliothèque de votre nom.

Poète, chanteur, auteur-compositeur, romancier, dramaturge et comédien reconnu internationalement, qui mieux que vous pouvait prêter son âme à notre édifice ?

Homme de conviction, vous incarnez le citoyen engagé dans ce qu'il a de plus grand. Et celles et ceux qui me connaissent savent combien j'ai du respect pour les gens de parole… dans tous les sens du mot.

Sincèrement, cher monsieur Lévesque, votre présence parmi nous aujourd'hui nous honore et nous touche.

Puisse votre audace, votre créativité et la force de vos convictions inspirer les jeunes abonnés de la bibliothèque Raymond-Lévesque.

Merci d'avoir osé, merci d'avoir persévéré !

D'ailleurs c'est aussi en pensant à eux, à ces enfants qui sont notre avenir, que notre bibliothèque Raymond-Lévesque a été conçue. À cet effet, la Ville de Longueuil bonifie aujourd'hui de façon substantielle et éclatante son offre de services, car pour nous, il est fondamental et impératif d'améliorer l'accès aux infrastructures du savoir afin de permettre un meilleur accès à la culture à toutes celles et ceux qui suivent et qui s'en nourrissent.

La transmission du savoir est une mission à laquelle la Ville de Longueuil adhère totalement.

En plus d'être moderne et belle, notre bibliothèque est issue d'un concept intégré et durable qui en fait une bibliothèque écologique.

Concept qui a d'ailleurs remporté un prix d'excellence du magazine Canadian Architect qui a été décerné à la Ville de Longueuil et à l'architecte Manon Asselin de Jodoin Lamarre Pratte architectes en consortium et à l'atelier TAG.

À ce propos, je vous invite à consulter le dépliant sur notre bibliothèque. Vous serez, tout comme moi, j'en suis sûre, étonnés et ravis d'y découvrir toutes les caractéristiques innovantes qui la composent.

Malgré cette modernité et les communications virtuelles, ou peut-être à cause d'elles, la bibliothèque devient un carrefour communautaire car elle s'adresse à une clientèle diversifiée qui a le plaisir de s'y retrouver, physiquement : des jeunes retraités la fréquentent, des nouveaux arrivants y trouvent un lieu d'intégration, les ados y font un saut après les cours, les jeunes parents y viennent à l'heure du conte.

La bibliothèque est un lieu convivial mais calme, contrastant avec l'anonymat et le bruit des centres commerciaux. C'est un point de rencontre où convergent les esprits curieux qui, par instinct grégaire aiment se retrouver avec leurs semblables autour d'une même activité.

Et si la bibliothèque Raymond-Lévesque sort de l'ordinaire et présente une offre de services sans pareil, c'est grâce au travail de plusieurs collaborateurs, partenaires et artisans que je tiens à remercier du fond du cœur pour l'accomplissement de cette réussite.

Parmi eux, le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec qui a participé financièrement à la réalisation de cette bibliothèque grâce à une aide financière de 4,4 millions de dollars et qui a aussi renouvelé avec nous une entente de développement culturel sur trois ans. Merci madame la ministre d'y avoir cru dès le départ et d'être ici avec nous pour inaugurer ce moment important.

Et l'indispensable Caisse Desjardins Saint-Hubert qui, grâce à sa contribution de 75 000 $ échelonnée sur 10 ans, permettra entre autres à la bibliothèque d'acquérir des documents et des équipements spécialisés. Merci à vous !

Sincères remerciements aussi à tout le personnel du Service des bibliothèques ainsi qu'aux artisans internes qui ont participé de façon soutenue à la réalisation de ce projet, soit :

  • Pierre Martel, chef de service des bâtiments
  • Régis Lapierre, chef de division projets et conception
  • Micheline Perreault, chef de service bibliothèque
  • Linda Moisan, chef de division bibliothèque
  • Céline Hébert, technicienne responsable de succursale
  • Martin Dubois, chef de division services techniques.

Mes amis, la bibliothèque Raymond-Lévesque fait désormais partie du réseau des bibliothèques publiques de Longueuil qui compte 10 points de service. Une seule carte est nécessaire pour avoir accès à toutes les bibliothèques de la Ville.

Alors, je vous dis, servez-vous-en !

En terminant, je veux dire que la lumière n'est plus sous le boisseau. Elle brille de tout son éclat, au grand jour. Et Longueuil s'inscrit avec fierté dans la tradition séculaire en relayant le flambeau de la connaissance. Un nouveau temple moderne, digne de la ville qu'elle est devenue, à la hauteur de ses aspirations, de ses valeurs de partage et d'avancement de l'esprit, y accueillera celles et ceux qui ont soif de connaissance.

Longue vie à la bibliothèque Raymond-Lévesque !