Allocution de Mme St-Hilaire le 5 novembre 2012 au Forum économique de l’agglomération de Longueuil

Seul le discours prononcé fait foi

Je commence par les mercis :
Merci de votre travail
Merci de votre écoute
Merci de votre engagement envers notre agglomération
Merci aux maires et élus
Mercis à tout le comité organisateur
pour avoir fait encore une fois, de ce 2er forum, un succès !

Merci aussi à Jean Lapierre
pour son animation de cette journée.
Jean, est-ce que je vais entendre des potins sur le forum à la radio ?

Je suis sûre que vous annoncerez,
en exclusivité,
que contrairement à ce qui se passe … ailleurs
ça va très bien sur la Rive-Sud.

Ça me réjouit de constater
que le courant continue de passer entre nous…
Encore plus fort que l'an passé.
Et ce, malgré le cynisme ambiant.
Mais, rassurez-vous,
j'ai un excellent bulletin médical.

Cela étant dit,
le fond de ma pensée,
par rapport à ce qui s'est fait aujourd'hui,
ça tient en une ligne,
une ligne que je pique sans vergogne à Gilles Vigneault :

Ma chère Longueuil, c'est à ton tour…

Ça fait depuis les années 80,
donc depuis plus de 30 ans
que tout ce qui arrive de majeur
dans la zone métropolitaine,
que tout ce que le gouvernement appuie avec force,
concerne Montréal ou Laval.

Je ne dis pas que le prolongement du métro à Laval
ou le Quartier des spectacles à Montréal,
c'est pas bon pour la région métropolitaine
ou pas bon pour le Québec.
Pas du tout.
Je dis juste que là,
c'est notre tour de nous mettre à niveau,
d'avoir un blitz de développement,
de dynamiser l'essor de la région
et l'essor de tout le Québec.

Je dis juste que ça fait 30 ans qu'on passe notre tour,
et que là, c'est assez !

D'accord, j'avoue,
on a un peu couru après.
On n'était pas tous au diapason.
On n'a pas toujours agi comme un ensemble

Mais l'événement d'aujourd'hui
prouve qu'on est capable de lever les yeux,
prouve qu'on est capable de relever la tête,
prouve que nous savons qui nous sommes,
prouve qu'on est capable de définir ce que nous voulons,
prouve qu'on est capable de définir ce que nous ferons.

Et voici ce que nous sommes :
nous sommes un ensemble,
un ensemble plus gros et plus fort
que la somme de ses parties.

Nous sommes la 3e agglomération la plus populeuse
après Montréal et Québec.
Nous avons des exportations 3 fois supérieures
à celles de Laval,
plus d'établissements manufacturiers,
une plus grande population diplômée,
plus d'emplois de science et de technologie
et même plus d'inventions brevetées.

Voici ce qui démontre que l'agglomération
a toutes les composantes stratégiques d'une région,
d'une vraie région,
d'une région cohérente,
d'une région capable de choisir ses orientations économiques,
ses orientations sociales,
ça existe déjà, tout cela, chez nous.

Et le gouvernement a annoncé ce matin ici
que nous aurions bientôt les outils supplémentaires
pour prendre notre place comme agglomération.

Premièrement, le gouvernement a reconnu qu'il nous fallait des outils pour poursuivre notre développement.

Il a donc mis sur pied un groupe de travail
pour nous doter des leviers nécessaires.
Bien sûr, on aurait tous aimé que la ministre nous annonce
la création de la nouvelle région administrative de l'agglomération de Longueuil.

Je vous rappelle qu'il y a 6 mois encore, c'était un non catégorique.

Comme vous, je suis pragmatique.
Pour moi, c'est donc un pas dans la bonne direction.
Ce qui importe, c'est d'avoir les outils pour nous développer.

Deuxièmement, la ministre adhère à la municipalisation de notre aéroport.

Et j'ai bien entendu sa volonté ferme d'agir rapidement et concrètement dans plusieurs autres dossiers de notre région.

Qui sont des éléments moteurs de notre économie.

Par exemple, l'aéroport de St-Hubert,
c'est une occasion d'affaires.

Le transport en commun,
c'est une nécessité.

Les institutions du savoir,
c'est pour créer une population
formée et informée.

La culture,
c'est pour qu'on se dise que l'agglomération de Longueuil est vivante,
qu'elle a une âme et une tête,
et qu'elle sait s'en servir.

Rapaillons tous nos morceaux,
toutes nos pièces détachées,
et considérons-les
comme les pièces d'une voiture de course.

Chaque pièce ne veut rien dire en elle-même,
mais toute pièce
veut tout dire
si on la situe dans l'optique de la voiture de course.

Alors il ne reste plus,
pour que ça devienne une voiture de compétition,
qu'à faire l'assemblage de tous les morceaux,
et qu'à nous inscrire au Grand Prix…

Des événements comme celui d'aujourd'hui,
ce n'est pas un rituel,
surtout pas un événement social,
au contraire, c'est une dynamique qui s'installe.

Il y a une plus-value à être ensemble,
une plus value relativement au rendement,
à l'identité,
à la prospérité.

Mais seulement lorsqu'on s'est mis en tête
d'agir ensemble.

Alors pour que ce soit
enfin notre tour,
tournons-nous vers l'action.
Commençons tout de suite !

Ma chère Longueuil, c'est à ton tour,
d'agir… ensemble.