Financement des partis politiques municipaux : la mairesse de Longueuil réclame de nouvelles règles pour redonner confiance aux citoyens

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, demande au ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, M. Bernard Drainville, de revoir les règles entourant le financement des partis politiques municipaux afin de les soustraire à toute influence et ainsi redonner confiance aux citoyens.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité en séance du conseil de ville aujourd'hui, la mairesse souhaite joindre sa voie au ministre pour lutter contre le financement occulte des partis politiques municipaux. La résolution suggère de mettre sur pied un comité afin :

  • D'abaisser le plafond des dons individuels aux partis politiques municipaux;
  • De réduire le maximum des dépenses autorisées par électeur durant une campagne électorale municipale;
  • D'élargir à toutes les municipalités un financement public destiné aux partis politiques municipaux;
  • D'encadrer rigoureusement le remboursement des dépenses de recherche et de soutien des partis politiques municipaux dont le financement provient des budgets des municipalités;
  • D'élaborer un code des bonnes pratiques pour les partis politiques municipaux.

« Les révélations quotidiennes de la commission Charbonneau, qui vont se poursuivre encore plusieurs mois, nourrissent le cynisme et la méfiance des citoyens face à la classe politique et minent leur confiance dans le palier municipal, qui est le plus près d'eux au quotidien. Les partis politiques représentent les intérêts directs et variés des citoyens et on les retrouve dans toutes les grandes villes. Il est donc impératif de réduire au minimum l'influence que pourraient avoir sur eux des groupes intéressés. Les mesures proposées par notre administration respectent la volonté du ministre Bernard Drainville de lutter contre le financement occulte des partis politiques municipaux. Quant au financement public proposé par le ministre, c'est à notre avis une condition essentielle pour lutter contre le financement occulte », soutient la mairesse.