Décision unilatérale de la STM d’imposer la TRAM 3 aux usagers du métro à Longueuil : la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, est outrée

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, dénonce vigoureusement la décision unilatérale de Gérald Tremblay, maire de Montréal et du président de la Société de transport de Montréal, Michel Labrecque, de céder aux pressions du maire de Laval et de retirer aux usagers du métro Longueuil le droit d'utiliser la CAM.

En vertu de l'entente sur le partage du déficit du métro conclue en 2007, la tarification prévoyait que l'usage de la CAM était applicable à la station de métro Longueuil—Université-de-Sherbrooke jusqu'en décembre 2011. Revenir sur cette entente et imposer la TRAM 3 aux usagers de Longueuil correspond à une hausse du tarif mensuel de l'ordre de 58 %, soit 41 $.

« Je ne peux pas et je ne vais pas cautionner ça ! », a déclaré Caroline St-Hilaire, en indiquant que toutes les dispositions nécessaires seront prises pour que l'entente signée et valide jusqu'en décembre 2011 soit respectée.

« Aussi, dès maintenant, Longueuil va faire comme Laval en cessant de payer sa quote-part destinée au financement du déficit du métro de Montréal, pour protester contre cette injustice », a tenu à préciser la mairesse et présidente du Réseau de transport de Longueuil.

Rappelons que la station de métro de Longueuil date de 1967 et qu'elle est desservie par le plus vieux matériel roulant du réseau. « Les citoyens de Longueuil ne sont pas des citoyens de seconde classe, cette augmentation de tarif ne va pas de pair avec une amélioration du niveau ou de la qualité des services, rien ne la justifie », a ajouté Caroline St-Hilaire.