Steve Flanagan dépose son rapport d’enquête et d’audiences publiques — 45 solutions pour régler le problème de bruit aux abords de l’aéroport de Saint-Hubert

Le mandataire nommé par la Ville de Longueuil pour mener une consultation publique sur le problème de bruit aux abords de l'aéroport de Saint-Hubert, Steve Flanagan, a déposé ce matin, au comité exécutif, son rapport d'enquête et d'audiences publiques.

Au terme d'une démarche de participation publique, qui a débuté le 26 janvier dernier, et qui a culminé par la tenue de trois séances d'audiences publiques les 10, 11 et 12 mars 2010, le mandataire recommande 45 solutions pour régler le problème de bruit aux abords de l'aéroport de Saint-Hubert. Ces solutions ont été inspirées ou proposées par les citoyens et représentants d'organismes, ministères et entreprises privées qui ont collaboré dans la recherche de pistes de solutions, en déposant 69 mémoires et quelque 200 propositions.

Principales recommandations — permanentes et à moyen terme

Déplacement de la piste 06D-24G de 2 150 pieds vers l'est

La piste déplacée devra obligatoirement être assortie d'un seuil décalé et d'un circuit redessiné qui feront en sorte que les avions ne survoleront plus les quartiers résidentiels. Cette solution devrait se traduire par une diminution significative du bruit engendré par les aéronefs, particulièrement à Saint-Hubert où, dans le pire des cas, les moyennes actuelles de 31 NEF seraient réduites à 26 NEF.

Estimé à 5 millions de dollars, le déplacement de la piste pourrait être réalisé d'ici 18 mois. Les coûts relatifs au déplacement de cette infrastructure devront être assumés par l'exploitant de l'aéroport. Pour ce faire, le mandataire propose d'appliquer le principe de l'utilisateur payeur, en ajustant la structure tarifaire (droits d'atterrissage). Précisons que la piste 06D-24G, une fois déplacée, demeurera longue de 3 960 pi comme c'est le cas actuellement.

Cette solution ne peut, à elle seule, résoudre l'ensemble du problème. Elle s'accompagne d'une série de solutions complémentaires à déployer dans l'intervalle, de façon à ce que les citoyens constatent un résultat immédiat moyennant l'adoption rapide de mesures temporaires telles que la diminution des décollages de nuit, l'adoption d'horaires restreints et la fermeture de la piste dans le sens des résidences les fins de semaine estivales. En outre, le mandataire fait appel à l'éthique des aviateurs pour adopter des pratiques qui participent à réduire le niveau sonore.

Principales recommandations — court terme

Afin de satisfaire les attentes exacerbées des citoyens et de manifester la volonté des différents acteurs de réduire le bruit aux abords de l'aéroport de Saint-Hubert, le mandataire recommande la mise en œuvre de mesures temporaires visant à restreindre, dès cet été, le nombre de mouvements en direction des résidences.

Fermeture de la piste 24G le soir et une partie de la fin de semaine

Dès le 15 mai, jusqu'au 15 septembre, l'utilisation de la piste 24G sera interdite de 13 h le samedi à 8 h le lundi, et entre 20 h et 8 h les autres jours.

Interdire les posés-décollés

Entre 20 h et 8 h, sur la piste 24G et la piste 24D.

Création d'un comité de gestion du bruit

Afin de poursuivre l'analyse détaillée des propositions affectant les normes de vol, le mandataire a prévu la création par la Ville de Longueuil d'un comité de gestion du bruit. Composé d'experts-conseils en matière d'aéronautique, de bruit et de santé publique, de représentants de l'autorité aéroportuaire, de l'industrie (usagers de l'aéroport, NAV CANADA, Transports Canada), de la Ville de Longueuil et de citoyens, le comité sera chargé de poursuivre la recherche de solutions destinées à réduire le bruit et de mettre en œuvre des solutions constructives et économiquement viables.

Relocalisation des écoles de pilotage

Principale revendication du CAPA-L, le mandataire a étudié en priorité la faisabilité de la relocalisation des écoles de pilotage. Le rapport précise les principales considérations faisant obstacle à cette proposition :

  • Parce que la source du problème n'est pas la présence des bâtiments d'écoles de pilotage, mais plutôt la fréquence, l'altitude et la quantité d'avions qui survolent le secteur résidentiel;
  • Parce que des apprentis pilotes d'écoles installées ailleurs qu'à Saint-Hubert utilisent ces installations en raison de la présence de la tour de contrôle;
  • Parce que même si les écoles déménageaient, leurs élèves continueraient à venir pratiquer l'approche aux instruments au seul aéroport à proximité offrant une tour de contrôle, puisque c'est une exigence de leur formation;
  • Parce que la Ville de Longueuil n'a pas les pouvoirs juridiques de procéder à une expropriation et que la négociation de gré à gré s'annonce longue et onéreuse;
  • Parce que des procédures de relocalisation des écoles de pilotage ne produiront aucun résultat sur les niveaux sonores actuels;

Le mandataire estime qu'il est plus sage de demeurer en mode solution et choisit de ne pas retenir cette option.

Autres mesures

Le document déposé par Steve Flanagan présente une solide analyse des principaux acteurs, des enjeux et des diverses avenues potentielles pour réduire le bruit. Outre les outils pour en assurer la mise en œuvre, le rapport d'enquête et d'audiences publiques contient d'autres mesures en marge de la problématique du bruit, notamment, à l'intention de la Ville de Longueuil, l'élaboration d'une vision concertée de l'avenir de la zone aéroportuaire, l'adoption d'un plan de développement durable, l'introduction de normes d'insonorisation pour les nouvelles constructions résidentielles situées dans la zone sensible. De plus, DASH-L y trouvera des propositions visant à regagner la confiance de la population.

Remerciements

En terminant, le mandataire tient à exprimer sa reconnaissance à l'égard de la Ville de Longueuil, des citoyens qui ont pris part à la démarche de consultation, aux organismes, ministères et entreprises privées qui ont coopéré à la recherche de solutions respectueuses des droits et obligations de chacune des parties en présence.

Le rapport de 75 pages peut être consulté ou téléchargé à partir du site longueuil.quebec.