Budget 2011 de la Ville de Longueuil -Après le redressement financier, transparence, rigueur et redressement des infrastructures pour le premier budget de l’équipe de Caroline St-Hilaire

La Ville de Longueuil a présenté aujourd'hui les faits saillants du budget 2011 qui sera déposé au conseil municipal mardi soir en séance extraordinaire. Le budget de 348,2 M$ prévoit une augmentation moyenne du compte de taxes pour une maison unifamiliale de 2,5 % pour le maintien et l'amélioration des services à laquelle s'ajoute 2,4 % pour compléter le redressement financier amorcé en 2010.

À son arrivée, la nouvelle administration a constaté un manque à gagner dissimulé de 29 M$, imputable à trois décisions de l'administration précédente touchant le service de la dette, le contrat de gestion des matières résiduelles et les transferts fiscaux liés à la fiscalité d'agglomération. Cette situation entraînait alors une hausse moyenne du compte de taxes de 7,9 % que le conseil municipal a choisi d'étaler sur deux ans. « Nous voici donc rendus à cette deuxième année, ce qui représente un ajout au compte de taxes de 2,4 % imputable à l'ancienne administration pour enfin compléter le redressement amorcé en 2010 », a mentionné la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

« Le budget 2011 de la Ville de Longueuil est le reflet des efforts consentis pour redresser nos finances publiques et replacer le citoyen au cœur de notre ville. Il traduit notre volonté de nous doter d'une ville dont la gestion administrative sera plus saine, son développement plus durable et ses relations avec les citoyens plus humaines », a déclaré madame St-Hilaire.

Commentant la hausse de taxe foncière de 2,5 %, la responsable des finances au comité exécutif de la Ville, madame Sylvie Parent, a pour sa part expliqué « qu'elle reflétait les coûts de fonctionnement de la Ville, le financement des nouveaux services aux citoyens et le service de la dette qui figureront dorénavant dans un nouveau compte de taxes plus détaillé et plus transparent. »

Un plan d'action sur les infrastructures

La nouvelle administration a aussi découvert que la taxation des dernières années ne prévoyait pas le financement adéquat pour assurer la pérennité des infrastructures. Les citoyens seront informés de l'état des infrastructures et des services pour leur permettre de faire des choix. « Dans ce budget, je prends l'engagement de tenir une vaste consultation publique sur les infrastructures. Nous irons dans chacun des quartiers de la ville pour informer les citoyens de l'état des infrastructures. Ils pourront établir leurs priorités, en lien avec leur capacité de payer et selon des plans précis. Nous allons vivre selon nos moyens, tout en respectant nos obligations et en assurant la pérennité de nos installations », d'ajouter la mairesse.

Un plan d'action budgétaire en huit points

Redresser le financement des infrastructures entraînera des coûts importants en raison du retard pris au fil des ans. Pour que le citoyen puisse absorber les coûts du financement des infrastructures, une révision des coûts de fonctionnement de la Ville sera nécessaire afin de dégager une marge de manœuvre. « Il y a actuellement beaucoup de pression exercée sur le budget de la Ville, par les coûts de main-d'œuvre et des régimes de retraite. Il faut contrôler nos coûts. J'annonce la mise en place d'un plan d'action budgétaire, en huit points visant à contenir le fardeau fiscal des contribuables. Nous dégagerons pas moins de 15 M$ », a expliqué la mairesse St-Hilaire.

Ce plan prévoit une optimisation des processus internes, une gestion améliorée du capital humain, une nouvelle gestion contractuelle, une révision des structures para et supramunicipales, des démarches pour des assouplissements législatifs ciblés, la recherche de nouvelles sources de financement des services, une accélération du développement économique et des mesures de développement durable.

Les revenus et les dépenses

Près de 80 % des revenus du budget 2011 proviennent des revenus fiscaux. L'augmentation de la richesse foncière de la Ville estimée, à près de 281 M$, engendre des nouveaux revenus de 2,5 M$. Les dépenses pour les activités locales sont globalement en hausse de 4,6 M$, dont 3,4 sont prévus pour l'amélioration des services. La quote-part pour les activités d'agglomération est en hausse de 7,9 M$ pour assurer, entre autres, la contribution de l'employeur pour les régimes de retraite et la nouvelle redevance imposée par le gouvernement québécois pour l'élimination des matières résiduelles.