La Ville de Longueuil est satisfaite du jugement reconnaissant à DASH-L le pouvoir de réglementer la question du bruit

La Ville de Longueuil accueille avec satisfaction la décision de la Cour supérieure du Québec qui confirme le pouvoir de l'aéroport de Saint-Hubert d'adopter des règlements visant à limiter le bruit. Le jugement indique que le mandat du gestionnaire de l'aéroport de Saint-Hubert, Développement Aéroport Saint-Hubert de Longueuil (DASH-L) lui confère l'autorité requise pour recourir à des mesures contraignantes pour limiter le bruit.

Ce jugement confirme que DASH-L peut donner suite aux recommandations du rapport Flanagan afin de lui permettre de limiter le bruit relié à certaines activités des écoles de pilotage. Je souhaite maintenant que le conseil d'administration de DASH-L poursuive ses efforts pour faire en sorte que ses activités se déroulent dans le respect de la qualité de vie des citoyens », soutient la mairesse Caroline St-Hilaire.

La Cour supérieure estime que le mandat du conseil d'administration de DASH-L n'est pas incompatible « ni contraire aux intérêts de cet organisme, d'être préoccupé par le développement de l'aéroport en harmonie avec le bien-être des citoyens qui vivent aux abords de celui-ci, préoccupations qui rejoignent aussi les objectifs de la Ville de Longueuil », indique le juge Claude Bouchard.

Rappelons qu'en juin dernier, DASH-L avait adopté une résolution limitant les heures de vol des écoles de pilotage. Celles-ci avaient obtenu une injonction interlocutoire suspendant cette résolution et elle demandait au tribunal de la rendre permanente. La Cour supérieure a débouté aujourd'hui les écoles de pilotage.