Longueuil mandate l’ex-ministre fédéral des Transports, Benoît Bouchard

L'agglomération de Longueuil s'adjoint les services de l'ex-ministre fédéral des Transports, monsieur Benoît Bouchard, pour participer à sa défense dans une poursuite intentée contre elle dans le dossier de la gouvernance à l'aéroport de Saint-Hubert. La requête allègue que la Ville aurait exercé une influence « indue » sur DASH-L, qui gère l'aéroport, afin de faire modifier sa structure de gouvernance.

Une expertise reconnue

Monsieur Bouchard a été membre du cabinet fédéral pendant deux mandats durant lesquels il a notamment agi comme ministre fédéral des Transports de 1988 à 1990. Il a par la suite présidé le Bureau de la sécurité des Transports, de 1996 à 2001.

Il accompagnera l'équipe des procureurs de Longueuil dans la préparation de sa défense lors de ce procès. Il mettra en lumière les objectifs de la Politique nationale de cession des aéroports du gouvernement canadien et la dynamique qui s'en est suivi au Canada et plus spécifiquement au Québec.

Quatre litiges en un an

La présidente de Cargair-Max Aviation, Josée Prud'homme, qui opère une importante école de pilotage, ainsi que les propriétaires de Pascan et Avtech, Denis Charest et Serge Charron, reprochent à la Ville ses interventions en matière de gouvernance auprès de l'autorité aéroportuaire DASH-L. C'est l'un des quatre litiges soulevés au cours de la dernière année contre l'aéroport.

« Pas moins de 4 litiges ont été soulevés à l'encontre de l'autorité aéroportuaire de Saint-Hubert. Ces démarches nous apparaissent abusives et semblent vouloir ébranler la structure de gouvernance de DASH-L en intimidant les administrateurs en place. À preuve, la récente décision des assureurs de ne pas renouveler la protection des administrateurs contre les recours juridiques, a amené certains d'entre eux à démissionner de leur fonction. Nous ferons en sorte que ces litiges n'entravent pas le développement de l'aéroport afin qu'il puisse continuer de jouer son rôle dans le développement économique du milieu, dans le respect de la qualité de vie des citoyens, » soutient la mairesse, Caroline St-Hilaire.

Rappelons que cette cause s'ajoute à celle sur le droit de DASH-L de réglementer les heures de vol des écoles de pilotage pour contrer le bruit excessif; une autre sur la vente à la Ville de terrains excédentaires par DASH-L et celle voulant forcer la signature d'un bail sans clause de frais d'exploitation aéroportuaires.