Longueuil demande à Hydro-Québec de surseoir à l’installation de ses compteurs intelligents et propose de tester un nouveau type d’appareil

Le conseil de ville a adopté aujourd'hui une résolution réclamant qu'Hydro-Québec cesse sur son territoire l'installation de ses nouveaux compteurs intelligents, et propose du même coup la mise en place d'un projet pilote pour l'installation d'un autre type de compteurs dont les émissions de radiofréquences seraient réduites.

Depuis l'installation des compteurs de nouvelle génération par Hydro-Québec, les citoyens ont écrit à l'administration et ont fait état publiquement de leurs inquiétudes lors des séances du conseil municipal. Ils ont évoqué les risques sur leur santé ou leur sécurité en raison des radiofréquences émises par ce type d'appareil de mesure.

« Nous n'avons pas le pouvoir d'interdire l'installation de ces nouveaux compteurs, ni l'expertise pour en mesurer les risques sur la santé ou la sécurité des citoyens. Nous avons bien obtenu qu'Hydro-Québec tienne une soirée d'information pour les citoyens, mais leurs craintes n'ont pas diminué. Dans les circonstances, nous proposons un projet pilote impliquant Varitron, une entreprise de chez nous dont l'expertise est reconnue, mais qu'Hydro-Québec n'a pas retenue lors de son appel d'offres initial », explique la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Les compteurs proposés par la Ville seraient fabriqués par le Groupe Varitron Technologies, une entreprise de Longueuil qui possède une expertise manufacturière reconnue dans le domaine des réseaux intelligents. Le Groupe Varitron Technologies aurait le mandat de fabriquer des appareils dont l'émission des radiofréquences est moindre que celle des compteurs intelligents d'Hydro-Québec. Ceux-ci pourraient rapidement et gratuitement être désactivés sans frais par les citoyens qui en feraient la demande.