Cabinet de la mairesse – Élections québécoises 2014 : Caroline St-Hilaire fait connaître ses demandes pour Longueuil

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, demande aux candidats de tous les partis à l'élection de s'engager sur des enjeux prioritaires pour assurer le développement de Longueuil. Elle insiste sur la nécessité de revoir le mode de financement des infrastructures et des régimes de retraite des employés municipaux, et de modifier le pacte fiscal qui unit les villes au gouvernement du Québec en octroyant une plus grande autonomie aux municipalités.

« Les Villes sont des gouvernements de proximité. Il est temps qu'elles soient reconnues comme les véritables partenaires de création de la richesse qu'elles sont déjà, qu'elles reçoivent un financement en ce sens et surtout qu'elles soient reconnues comme de réels gouvernements », soutient Caroline St-Hilaire.

Régimes de retraite
Pour la mairesse, le dossier des régimes de retraite revêt une importance capitale en raison des impacts futurs qui pourraient affecter les contribuables longueuillois. Les municipalités veulent que les coûts des régimes soient financés à 50-50 avec les employés. Le projet de loi 49, qui balisait le processus de négociation, doit être représenté à l'Assemblée nationale d'ici juin prochain. « Dans le cas de Longueuil, le déficit actuariel pourrait atteindre cette année 140 M$, tandis que le coût annuel du régime est de 27 M$ par année, soit 5,6 % des dépenses de la Ville », déclare Caroline St-Hilaire.

Financement des infrastructures
Dans le but de poursuivre la mise à niveau des infrastructures de la Ville et de combler leur déficit d'entretien, la mairesse joint sa voix à celle de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) pour réclamer un meilleur financement de la part du gouvernement du Québec. « À l'heure actuelle, les municipalités assument les trois quarts de la facture des infrastructures municipales au Québec. Le gouvernement du Québec doit bonifier sa contribution pour assurer des infrastructures sécuritaires et de qualité dans nos villes et ainsi offrir une meilleure qualité de vie aux citoyens. A Longueuil, plusieurs dizaines de millions proviennent à chaque année de ces ententes pour financer des travaux d'infrastructures », ajoute la mairesse.

Institut de transport électrique
La mairesse sensibilise aussi les candidats à la nécessité de soutenir le développement du pôle de l'électrification des transports à Longueuil, en y implantant notamment le futur Institut du transport électrique. « Notre région constitue le site idéal pour répondre au projet lancé par le gouvernement. Il faut profiter de la synergie qui existe déjà entre les centres de recherche, les institutions d'enseignement et les nombreuses entreprises pour poursuivre le développement de cette filière industrielle à Longueuil », poursuit Caroline St-Hilaire.

Municipaliser l'aéroport
La mairesse réitère la nécessité de municipaliser l'aéroport de Saint-Hubert afin d'en faire un véritable levier de développement économique pour Longueuil et la région. « Nous avons obtenu du gouvernement l'engagement de procéder à la première étape de la municipalisation, mais il reste des étapes à franchir afin de donner un nouvel essor à l'aéroport », déclare Caroline St-Hilaire, qui attend ainsi du prochain gouvernement qu'il maintienne le cap dans ce dossier.

Investir dans la mobilité durable
Enfin, concernant l'enjeu de la mobilité et du transport, la mairesse souligne l'importance d'aller de l'avant avec l'aménagement de voies réservées et le réaménagement du réseau routier supérieur à la Place Charles-Le Moyne. Ce projet permettra d'améliorer la fluidité de la circulation, puisqu'il prévoit l'aménagement de voies réservées qui faciliteront l'accès au métro de Longueuil et, par le fait même, désengorgeront l'accès au pont Jacques-Cartier. Elle rappelle aussi les attentes des citoyens face au prolongement de la ligne jaune du métro à Longueuil : « Le prolongement du métro est un incontournable pour réduire la congestion routière entre les deux rives et les coûts qui y sont liés, diminuer nos émissions de gaz à effet de serre et assurer la santé économique de toute la Rive-Sud et de la région métropolitaine », conclut la mairesse.