La Ville de Longueuil s’adresse à la Commission des relations de travail pour mettre fin au débrayage illégal de ses employés cols bleus.

La Ville de Longueuil s'adresse à la Commission des relations de travail pour forcer le retour immédiat au travail de ses employés cols bleus qui ont déclenché un arrêt de travail illégal ce matin. Ils ont refusé de procéder à l'épandage d'abrasifs dans l'arrondissement du Vieux-Longueuil, où les policiers rapportent pas moins d'une quinzaine d'accrochages.

La Ville veut s'assurer que tous les effectifs seront en poste au cours des prochaines heures pour réparer les bris d'aqueducs, procéder à l'épandage d'abrasifs et mener les opérations de déneigement en vue de la chute de près d'une quinzaine de centimètres de neige prévue demain.

Une entente de principe sur une nouvelle convention collective d'une durée de 5 ans est intervenue entre la Ville et ses 350 cols bleus le mois dernier. Elle a été entérinée à 90 % par les syndiqués au terme d'une négociation en présence d'une conciliatrice du ministère du Travail.

Mercredi dernier, lors des discussions visant à finaliser les textes de la convention collective, le syndicat a remis en question l'interprétation d'une des clauses touchant l'harmonisation des horaires de travail. Compte tenu de l'impasse dans les discussions, la conciliatrice a alors suspendu le processus. C'est cette situation, qui est à l'origine de l'arrêt de travail illégal.