Statut de région administrative Plus de la moitié de la population de l’agglomération de Longueuil est favorable à la démarche

Selon un sondage Léger Marketing, 83 % des répondants souhaitent que leur agglomération bénéficie d'une meilleure représentativité politique par rapport à Montréal et Laval. Les citoyens croient de plus, à 70 %, qu'une région administrative permettrait à l'agglomération d'atteindre cet objectif.

Le sondage réalisé du 9 au 13 février révèle que 67 % des répondants pensent que le changement de statut proposé améliorerait l'organisation des infrastructures routières et de transport. De façon générale, pas moins de 65 % des personnes questionnées sont en faveur de l'obtention d'un statut de région administrative distincte pour l'agglomération de Longueuil.

« Le sondage démontre très clairement que les citoyens saisissent qu'une région administrative c'est un outil essentiel pour réaliser le potentiel de développement de notre territoire. La situation actuelle dans son éparpillement et son manque d'homogénéité produit des dysfonctions dans la distribution des contributions financières. Par exemple, à population égale, l'agglomération de Longueuil est déficitaire dans l'attribution du nombre de places en garderies », a expliqué la mairesse et présidente de l'agglomération de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

Le 31 janvier dernier, devant la Commission de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale, la mairesse de Longueuil a plaidé pour que l'agglomération de Longueuil profite des mêmes outils de développement que Laval et Montréal à titre de région administrative. La Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud (CCIRS), Développement économique Longueuil (DEL), la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'agglomération de Longueuil et le Centre local de développement (CLD) ont fait état publiquement de leur appui en faveur de cette démarche.