Vision du financement du transport collectif de l’agglomération de Longueuil — Les maires réclament que Québec finance davantage le transport en commun et en font une question d’obligation

La mairesse de Longueuil, présidente de l'agglomération et du Réseau de Transport de Longueuil, Caroline St-Hilaire, la représentante du maire de Boucherville, Alexandra Capone, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Claude Benjamin et le maire de Saint-Lambert, Philippe Brunet, présenteront conjointement leur vision du financement du transport collectif ce soir dans le cadre des consultations publiques de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Les maires pressent le gouvernement d'investir davantage dans le transport collectif en faisant passer de 20 % à 30 % la part du Fonds des réseaux de transport terrestre (FORT) consacrée au financement de celui-ci et de réduire d'autant, de 80 % à 70 %, la part consacrée au transport routier. Cette mesure permettrait de dégager annuellement près de 270 M$ supplémentaires au bénéfice du transport collectif.

« L'heure est à l'action, c'est une question d'obligation. Le transport collectif est la clé de voûte de la problématique du transport. Il est temps de donner un coup de barre, notamment par un financement stable, suffisant et équitable, sans quoi la stratégie globale de transport dans la région métropolitaine est compromise », a déclaré la mairesse Caroline St-Hilaire.

Des projets incontournables pour améliorer la fluidité de la circulation

« L'accroissement de la fréquentation du transport collectif a été si important au cours des dernières années que l'offre n'a pas suivi la demande. Nous nous retrouvons aujourd'hui devant l'obligation de changer radicalement les choses et vite, en investissant massivement dans le transport collectif sur la Rive-Sud », a soutenu le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Claude Benjamin, en traçant un portrait de la circulation globale.

« Le transport en commun doit devenir l'alternative responsable aux problèmes de circulation automobile afin qu'il devienne la meilleure option pour effectuer un déplacement. À ce titre, le prolongement du métro et la construction d'un système léger sur rail (SLR) dans l'axe du pont Champlain sont des projets incontournables et nous avons l'obligation d'y concentrer tous nos efforts », a expliqué Alexandra Capone, représentante du maire de Boucherville.

Financer le transport collectif

« Un financement adéquat du transport collectif pourrait changer radicalement les choses, pour autant qu'il y ait une volonté politique de passer de la parole aux actes. Québec nous avait demandé de faire consensus, nous l'avons fait. Maintenant, il se doit de traduire ce consensus dans la réalité », a exposé le maire Philippe Brunet.

Parmi les autres moyens proposés par les maires, notons :

  • L'augmentation de la taxe sur les carburants de 0,05 $ le litre afin de financer la part municipale des projets de transport collectif métropolitain;
  • Et l'indexation à l'indice des prix à la consommation de la contribution des automobilistes perçue sur les droits d'immatriculation.

« Alors que des travaux importants sur des axes routiers majeurs comme le pont Champlain, le pont Jacques-Cartier et le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine sont prévus, la demande en transport en commun se fait de plus en plus pressante. Ces demandes sont donc des gages de pérennité et de fonctionnalité accrue pour notre réseau de transport collectif; car nous sommes bien devant une obligation de résultats envers les citoyens », a rappelé la mairesse Caroline St-Hilaire.