Bruit excessif des écoles de pilotage à l’aéroport de Saint-Hubert : La Ville de Longueuil accueille favorablement la décision de la Cour d’appel du Québec

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, se dit satisfaite du jugement unanime des trois juges de la Cour d'appel du Québec rendu mardi relativement au pouvoir de l'autorité aéroportuaire Développement aéroport Saint-Hubert — Longueuil (DASH-L) de limiter les heures des « posés-décollés » à l'aéroport de Saint-Hubert.

La Cour d'appel rejette les prétentions des écoles de pilotage voulant que l'autorité aéroportuaire ne dispose pas des pouvoirs lui permettant de limiter les « posés-décollés ». Rappelons que le 3 juin 2010, le conseil d'administration de DASH-L avait décidé de restreindre temporairement les « posés-décollés » sur la piste 24G. C'est cette décision, qui n'a jamais été adoptée, qui était contestée par les écoles de pilotage.

« Ce jugement confirme le bien-fondé des actions mises de l'avant par notre administration afin de réduire les nuisances engendrées par les activités des écoles de pilotage à l'aéroport de Saint-Hubert. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour DASH-L, pour la Ville et pour tous les citoyens affectés par cette problématique », a déclaré la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire.

La mairesse invite maintenant DASH-L à mettre en application dans les meilleurs délais des mesures pour encadrer les « posés-décollés » afin que les citoyens puissent profiter d'un répit dès ce printemps. En soutien à DASH-L, la Ville de Longueuil s'engage à procéder à un relevé des niveaux de bruit dès cet été afin d'évaluer les impacts réels des mesures qui seront déployées.

Par ailleurs, la Ville de Longueuil réitère l'importance que le gouvernement lui permette de municipaliser l'aéroport afin de disposer de tous les leviers nécessaires pour assurer une cohabitation harmonieuse entre les activités de l'aéroport et les citoyens du secteur.