Faits saillants 2016 – Lutte contre la criminalité

L'agresseur de Saint-Bruno arrêté grâce au public

Une méticuleuse enquête du Service de police de l'agglomération de Longueuil a permis d'arrêter, le 19 septembre, le suspect impliqué dans la tentative de meurtre survenue 2 semaines plus tôt au Parc national du Mont Saint-Bruno. C'est l'un des 450 renseignements reçus de la part du public et traités par les enquêteurs du SPAL qui a finalement mené à son arrestation. Le suspect, Yves Roy, un homme âgé de 46 ans, a finalement plaidé coupable à des accusations de voies de fait graves mettant la vie en danger, quelques mois plus tard avant d'être condamné à purger une sentence de 4 ans et demi de prison. L'enquête menée par le SPAL a démontré qu'Yves Roy avait agi seul. L'accusé ne connaissait pas sa victime et l'aurait choisie en raison de l'endroit isolé où elle se trouvait.

L'agresseur de Saint-Bruno

 

Saisie record d'armes à Longueuil

Le SPAL a procédé, en décembre, à une saisie record d'armes à feu dans une résidence de l'arrondissement Saint-Hubert à Longueuil, suite à une simple intervention policière effectuée lors d'un accident de la route. Face à un individu qui proférait des menaces, les policiers ont poursuivi leur enquête jusqu'à perquisitionner la résidence du suspect. L'homme de 43 ans, Hugo Bernard, entreposait chez lui une cinquantaine d'armes, dont certaines prohibées et illégales étaient cachées dans un plafond. Certaines des armes retrouvées chez le suspect étaient de type AR-15 de fort calibre, une arme d'assaut utilisée comme un fusil de précision. On ignore à ce jour ce que Bernard souhaitait faire de ces armes.

Saisie record d'armes

 

Plus de 500 000 comprimés saisis lors d'une frappe

Le SPAL a procédé, le 13 septembre, à une vaste opération policière visant le démantèlement du vaste réseau de vente de stupéfiants. Plus de 150 policiers ont participé à l'opération Médaille qui a mené à l'arrestation de 16 personnes et a permis la saisie de plus de 524 000 comprimés de méthamphétamines. Les perquisitions se sont déroulées sur le territoire de l'agglomération de Longueuil, mais aussi à Varennes, Saint-Constant, Saint-Amable, Sainte-Sophie et Gatineau. Au total, près de 3 millions de dollars en valeur de stupéfiants, de véhicules, d'armes à feu, de biens infractionnels et d'argent ont été saisis lors de l'opération.

Plus de 500 000 comprimés saisis

 

Groupe contact

Parmi les nombreux mandats du Bureau d'analyse et de renseignements criminels (BARC), un de ceux-ci consiste à détecter les jeunes faisant partie d'un gang émergent. Le SPAL soutient qu'il est extrêmement important de prêter une attention au phénomène des gangs de rue. Un gang émergent regroupe, le plus souvent, des jeunes fréquentant le milieu scolaire. La plupart du temps, ces jeunes ne suivent pas les règles établies par l'école, intimident et taxent d'autres jeunes. Ces agissements peuvent conduire à un affrontement entre 2 groupes. Seuls, les intervenants scolaires se sentent impuissants et incapables d'enrayer ce phénomène. Avec la complicité des écoles, dans un but préventif et axé sur le soutien, les agents de la SPAS ainsi que ceux du BARC, en collaboration avec le Centre jeunesse Montérégie, rencontrent les parents des jeunes impliqués dans un gang émergent, au poste de police, et ceci, sans la présence de leur enfant. Le but est de les sensibiliser et de leur donner des pistes de solutions ainsi que des ressources, afin d'éviter que leur enfant soit recruté au sein d'un gang de rue. Au besoin, à la fin de la rencontre, les parents peuvent rencontrer les intervenants individuellement. Une rencontre de rétroaction avec les parents est organisée quelques mois plus tard. La rétroaction avec les parents et les partenaires nous confirme que cette stratégie atteint les objectifs.